Cette rubrique s’appelle ” Exercices de style “. Je vous y présenterai des courtes séquences reprenant les codes de divers genres littéraires et cinématographiques. Par exemple, vous pourrez y trouver le climax d’un récit ‪‎fantastique‬, le début d’un roman policier, la péripétie d’un récit d’‪aventures‬ ou alors le monologue d’une pièce de ‪théâtre‬ classique.

Jamais de récit entier. Le but sera à chaque fois de plonger dans une histoire, d’assister à une partie de la vie du ou des personnages, et d’en ressortir aussi sec, comme ça, sans autres formes de procès.

Après les désormais fameux « classé sans suite » et « le gardien », je vous propose aujourd’hui d’entrer dans le monde médiéval-fantastique de Vauréal, où un calme étrange précède l’arrivée d’une mystérieuse armée du ciel …

2015-12-28_122109

 

« Vous êtes équipés pour ce genre de situation ? », demanda un homme passablement éméché à la femme derrière le bar, pendant qu’une bagarre éclatait dans la salle principale du Marsupial. Alors qu’il engloutit goulûment un cafard ayant eu l’impudence de passer devant ses yeux, l’éclat froid d’une lame illumina sa face rougeaude.

– Madame, dès la minute où j’entrais dans ce lieu, je savais que j’allais être ébahie. Ma seule faute fut de croire que ce serait uniquement par vous, dit-il en sursautant.

La femme esquissa un sourire, puis détourna les yeux de son interlocuteur pour s’intéresser au combat qui se déroulait en arrière-plan. Là-bas, sous un lustre aux accents baroques, deux hommes se toisaient méchamment, chacun la main solidement accrochée à la table en bois qui les séparait.

Son arme à la ceinture, la femme sauta par-dessus le bar et s’avança tranquillement vers la scène. À chacun de ses pas, le Marsupial voyait disparaître ses occupants par la porte, par la fenêtre, ou par un trou du plancher, pour les plus petits d’entre eux. Quand elle fut à portée des deux hommes, elle s’arrêta et, tout en les regardant curieusement, fourragea dans ses beaux cheveux bruns. Ce moment de calme fut pour les occupants du Marsupial l’occasion de revenir à leurs places par les fenêtres, par la porte ou par les trous du plancher, pour les plus petits d’entre eux. Chacun maintenant regardait la scène avec un silence religieux. Et les hommes, sentant une attention croissante se poser sur leurs épaules, se mirent à suer à grosses gouttes.

– Madame, vous savez, JE peux tout expliquer. Ca n’est rien, vraiment rien. Il était inutile que vous fissiez le déplacement jusqu’à nous, commença timidement le premier.

La salle pouffa joyeusement.

– Madame. Mon collègue a raison. Le Marsupial est un lieu d’une tranquillité proverbiale. Et nous nous en voudrions d’y porter atteinte. C’est pourquoi – si vous le permettez – nous allons continuer notre discussion dehors, dit l’autre avec déjà plus d’assurance dans la voix.

Malgré le regard furieux que la tenancière leur lança, les deux adversaires décidèrent de prendre le chemin de la sortie. Elle leur emboîta le pas. Après avoir traversé une haie d’honneur faite des rires tonitruants de l’assemblée, la table toujours encadrée de ces deux humains connut pour la première fois de son existence le soleil radieux qui baignait Vauréal durant cette fin d’après-midi.

Nous étions en mai. La ville n’avait pas connu de plus beau printemps depuis maintenant dix ans. Et le bleu du ciel se réfléchissait dans l’esprit des habitants qui — allant et venant à leurs occupations quotidiennes – semblaient remplis d’amour pour leur prochain. Il n’y avait guère que le vieux sorcier qui, perché dans sa hutte au centre de la place principale, eût le culot de s’interroger à propos de tout ce bonheur.

C’est pourquoi l’agitation qu’il vit à l’aide de sa longue vue, à la sortie du Marsupial, attisa sa curiosité. Il descendit les marches de son taudis et couru à bride rabattue jusqu’à la scène pour y découvrir deux hommes, face à face, tenant chacun d’une main ferme une table en bois qui se trouvait entre eux. Chacun regardait l’autre avec des yeux noirs, remplis d’éclairs. Et de leurs bouches tremblantes de rages sortaient de minces filets d’écumes.

– Monsieur, je vous en prie, la table est mienne. Vous me gêneriez à essayer de vous l’approprier, bredouilla péniblement l’un d’eux, tant l’expression de son visage tranchait avec le sens de ses paroles.

Tout à coup, l’homme qui avait prononcé ces paroles lâcha la table, se raidit et tomba la tête la première sur la pierre. Le sorcier accourut près du corps, prit son pouls et constata que celui-ci ne battait plus. Il leva alors les yeux et vit l’adversaire du défunt fuir les lieux en riant. À peine avait-il fait quelques mètres que le poing fermé de la tenancière sur son nez l’arrêta dans sa course. Profitant de son étourdissement, elle lui attrapa le col et le tînt fermement. Pendant quelques secondes, le fuyard tenta de se débattre maladroitement. Puis il se mit à sangloter piteusement en regardant le ciel. Au-delà des plus hautes tours de la ville, l’azur se remplissait de nuages noirs évoquant à qui pouvait avoir un peu d’imagination, des vers gigantesques et difformes.

– L’armée du ciel, l’armée du ciel ! Enfin ! Après plus de dix ans, enfin ! Gémit l’homme.

Et Vauréal, peu à peu, sombra dans l’ombre.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someoneShare on Tumblr

# # # # #

décembre 28, 2015

Laisser un commentaire